Dans un contexte économique et social particulièrement éprouvant, le nombre de burn-out a doublé en 1 an. Ce sont désormais 2 millions de personnes qui sont touchées en France !

Même s’il peut être favorisé par des situations personnelles, le burn-out trouve surtout son origine dans le milieu professionnel. Il est généralement identifiable par une sensation de mal-être au bureau provenant par exemple d’une surcharge de travail, de tensions entre collègues ou d’un sentiment d’insécurité.
La personne entre alors dans un état d’épuisement aussi bien sur le plan physique que sur le plan émotionnel et mental.

Voici des exemples de symptômes qui doivent vous alerter :

  • Sentiment de solitude : souvent négligé, c’est un symptôme majeur car il pousse à se refermer sur soi
  • Inquiétude et anxiété
  • Manque d’efficacité (défaut de concentration, oublis…)
  • Manque d’enthousiasme
  • Difficultés relationnelles (irritabilité, défaut de patience)
  • Fatigue chronique
  • Troubles du sommeil

Si vous rencontrez ces difficultés, n’hésitez pas à prendre contact avec moi pour partager votre situation et vos émotions.
Nous trouverons ensemble les pistes pour vous aider à prendre soin de vous pendant cette période difficile.

Santé au travail : des burn out qui explosent, une détresse psychologique élevée

Extrait d’un article de Sud-Ouest publié le 26 mai 2021

« Le taux de burn-out a doublé en un an, culminant à 2 millions de personnes en burn-out sévère » selon Christophe Nguyen (cabinet Empreinte Humaine) […].

Le burn-out « concerne aussi 1,5 fois plus les managers » et « dans un contexte de retour dans les bureaux, on peut s’attendre malheureusement à une nouvelle explosion des arrêts maladie dans les prochains mois ».

Cet « épuisement professionnel sévère » se traduit par une forme de « déshumanisation » avec « des gens qui fonctionnent comme des robots pour se protéger de leurs émotions » et qui « s’autocensurent » par crainte d’en parler.

Les indicateurs de l’état psychologique des salariés demeurent par ailleurs « très inquiétants » avec 44 % des salariés en détresse psychologique.
Enfin 6 salariés sur 10 estiment que leur direction « ne se rend pas compte de l’état psychologique des salariés et n’agit pas en fonction ».

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *