J’ai le plaisir officiellement certifié à la pratique en “Démarche Appréciative” après avoir suivi la formation délivrée par l’Institut Français d’Appreciative Inquiry (IFAI).

Qu’est-ce que la Démarche Appréciative ?

La Démarche Appréciative (Appretive Inquiry), développée par David Cooperrider et Suresh Srivasta, est une méthodologie de changement organisationnel qui s’appuie sur les forces et les réussites plutôt que sur la résolution de problèmes.

Ce processus très structuré permet de faire émerger un changement intentionnel et stratégique en s’appuyant sur les points forts de l’organisation et en utilisant ceux-ci pour préparer l’avenir et définir des plans d’action co-construits par les parties prenantes (direction, collaborateurs, clients, partenaires, …)

Il s’agit d’explorer une problématique en recueillant “la” réalité de chacun par des questionnements (inquiry) de manière à identifier et valoriser ce qui a déjà fonctionné (appreciative).

Celle-ci trouve des applications aussi bien dans le Conseil que dans le Coaching auprès des individus et/ou des équipes.

La Démarche Appréciative est structurée en 5 étapes, dites des 5D :

Une approche résolument différente

Les approches traditionnelles de résolution de problèmes se concentrent sur la recherche et l’analyse de dysfonctionnements pour appliquer des modèles de référence qui ont fait leur preuve dans d’autres contextes, écartant de facto l’émergence de solutions innovantes et singulières provenant de l’organisation et de ses parties prenantes.

A l’inverse, la Démarche Appréciative permet d’explorer des situations idéales souhaitées et d’inventer les modes opératoires à mettre en oeuvre pour y parvenir grâce à une méthodologie d’Intelligence Collective libérée – voire délivrée –  par une approche positive qui valorise les forces et les talents de chacun : soi-même et ses collaborateurs.

La Démarche Appréciative s’appuie sur les 7 principes-clés suivants :

  • Le principe constructiviste : « Nos mots construisent le monde ».
  • Le principe de simultanéité : Dès qu’on s’interroge sur les les faits actuels, on provoque du changement.
  • Le principe du libre-choix : Les personnes sont plus efficaces lorsqu’elles sont libres de choisir à quoi contribuer et comment y contribuer.
  • Le principe positif : Les questions positives génèrent des changements positifs.
  • Le principe d’anticipation : Plus les images sont positives, plus l’action l’est également.
  • Le principe poétique : Les organisations offrent de très nombreux sujets d’études. Celui qu’on choisit donne une représentation de l’organisation.
  • Le principe de modélisation : Pour réaliser des changements profonds, il faut les incarner. Le processus du changement est lui-même vivant.